La Paralysie du sommeil. Voilà un nouveau sujet épineux dont je vous parle aujourd’hui. Premier constat : il y a une énorme différence de points de vue entre les victimes et les analystes. Une victime associera toujours ce phénomène à une entité hautement malsaine, et un analyste fera systématiquement un lien avec la science, et donc la psychologie et le rapport conscient / inconscient. Mais alors, qui a raison ? Que se passe-t-il concrètement ?

J’ai longuement réfléchi avant de faire cet article, mais j’ai décidé d’en parler pour deux raisons. En effet, je suis doublement concerné : j’ai d’une part vécu cette expérience moi-même, à un niveau que je qualifierais d’avancé, et d’autre part dans mes pratiques et croyances, ce phénomène est largement connu, étudié et respecté. J’en parlerai plus tard dans l’article. Revenons-en pour le moment au phénomène même.

Il existe des milliers, pour ne pas dire des millions, de témoignages sur le sujet. Voici d’ailleurs une vidéo sur le sujet que je vous invite à visionner, cela posera déjà quelques bases :

Avant de poursuivre, répertorions les symptômes connus les plus fréquents :

  1. Paralyse totale : malgré tous nos efforts, il nous est quasiment impossible de bouger. Il y a toutefois de rares témoignages faisant état d’un léger contrôle sur ce phénomène.

  2. Respiration hautement difficile : sans aller jusqu’à la suffocation totale, la respiration nous semble impossible. Bien souvent nous avons la bouche ouverte, mais le souffle coupé.

  3. Sensation d’oppression : c’est un ressenti très difficile à exprimer et à mettre en mots. Pour tenter de résumer, nous avons l’impression de nous contracter sur nous-même. Comme si notre corps devenait 100 fois plus lourd et s’enfoncer dans le matelas.

  4. Ce phénomène ne se produit que la nuit lorsque l’on dort : d’où le principe de paralysie du « sommeil », ce symptôme peut paraître évident et stupide, pourtant il s’agit là sans doute du détail le plus important qui soit.

  5. Visions étranges : la victime voit souvent une entité humanoïde d’un noir profond, plus obscur que la nuit, au pied de son lit avec l’évidence qu’elle agit sur elle. La victime voit aussi, parfois, une vieille femme en haillons assise dans un coin de la pièce qui observe la scène.

  6. Témoins extérieurs : une tierce personne est capable de voir l’immense ombre noire si elle passe à ce moment là. Là encore, il s’agit d’un détail capital. Plusieurs témoignages en font état.

Voilà pour les symptômes courants. Maintenant, parlons-en plus en détails. La science a un avis très tranché sur le sujet : les hallucinations sont dues à un état de conscient-inconscient qui se produit lors de l’endormissement. En gros, notre corps dort déjà, mais pas notre cerveau. Cela produit un « bug » entre ce que demande notre cerveau et ce qu’est capable de répondre notre corps.
Nos cinq sens sont amoindris, donc le cerveau, qui est entre deux états, n’est pas capable d’analyser les signaux envoyés par notre corps, puisque celui-ci est déjà au repos. C’est donc à notre cerveau seul, aidé par notre âme, d’interpréter ce qui se passe. Or, notre âme est également en lien étroit avec notre corps, et dans la mesure où elle ne reçoit aucune information de notre corps déjà endormi, elle suppose que quelque chose nous a imposé la paralysie et émet un sentiment de panique. Notre esprit interprète alors à son tour le sentiment de panique, mais n’a aucune information sur la cause possible. Il va donc provoquer des hallucinations pour expliquer ce que l’âme ressent.

=> Ca, c’est l’explication scientifique vulgarisée. Mais, est-elle fiable ? Je dirais que non. Même si elle tient la route et si elle est relativement précise, il est absolument impossible que des milliers / des millions d’individus, à intervalle d’époque et de distance mondial(e), aient exactement le même ressenti et le même témoignage. Chaque personne, chaque cerveau, chaque mémoire est différente et unique, et donc on devrait avoir beaucoup de divergences sur ce phénomène, et pourtant ce n’est pas le cas : tous les témoignages sont quasiment identiques.

On en arrive à l’aspect occulte de la chose, c’est à dire les cas où toutes les causes scientifiques possibles ont été écartées. Avec ce point de vue, la paralysie du sommeil n’est pas un état explicable, mais l’œuvre d’une entité extérieure. Si on reprends les symptômes un par un, on se rend vite compte que tous conduisent à la même chose : une entité.

Les victimes, tout comme les témoins, voient tous la même chose : une forme humanoïde noire, immense, au pied du lit. Si pour les victimes, la thèse de l’hallucination est plausible, comment expliquer qu’une tierce personne passant par là par hasard puisse voir la même chose que la victime alors qu’elle ne dort pas et est pleinement consciente ? Beaucoup de théories sont en cours, que l’on trouve facilement sur Internet, mais comment expliquer réellement le procédé qui se joue à ce moment-là ? Il faut savoir que la paralysie du sommeil, qu’elle soit de nature occulte ou scientifique, se décline en plus d’une dizaine de sources possibles, ce qui la rend très compliquée à étudier.

Puisque mon site traite de Sorcellerie et d’Occultisme, je ne vais parler que de ça dans la suite de l’article. Il y a deux entités possibles capables de provoquer un tel état : une mara (1 cas sur 10) et un « Chercheur d’ombre » (9 cas sur 10). Voyons cela ensemble :

Une mara est un spectre particulièrement coriace qui se nourrit de la peur de ses victimes. Ce sont des entités inter-planaires, donc très, très, TRES difficiles à chasser. Une mara provoque chez sa victime des cauchemars, plus ou moins réels, pour lui faire ressentir un sentiment de terreur et d’horreur dont elle se nourrit pour se développer et devenir plus puissante. C’est une entité vicieuse qui vit sur deux plans d’existence quasiment en même temps. Les symptômes typiques de la présence d’une mara sont la paralysie du sommeil mineure (hallucinations chroniques, sensation d’oppression et difficultés de respiration), et la récurrence de cauchemars horribles sans scénario cohérent. Une telle entité se moque totalement du déroulement des choses, elle ne cherche qu’à se nourrir. Il est donc facile de repérer leur présence par le biais de cauchemars identiques et récurrents sans aucun sens réel. Il est important de noter qu’une mara finit toujours par se lasser de sa victime, car celle-ci s’habitue aux émotions de peur qu’elle ressent, au point où elles ne sont plus suffisamment nourrissantes pour la mara. Selon certaines représentations, ce spectre « s’assoit » littéralement sur le torse de sa victime, ce qui provoque une forte pression et coupe partiellement la respiration.

Etymologiquement parlant, le terme « cauchemar » dérive de « cauquemaire », utilisé au XVe siècle. Il est formé de caucher et de mare.
=> Caucher dérive de cauchier (« presser »), qui est un probable croisement entre l’ancien français chauchier (« fouler, presser »).
=> Mare provient du mot picard mare, emprunté au moyen néerlandais mare (« fantôme »), avec le même sens en allemand et en anglais. La mara ou mare est un type de spectre femelle malveillant dans le folklore scandinave.
(Source de ce paragraphe : Wikipédia)

Les chercheurs d’ombre sont plus courants que les maras . Ceux-ci auraient pour mission d’éprouver l’âme humaine et de déterminer après analyse si nous sommes aptes, ou non, à recevoir un nouveau « don », et à l’assumer pleinement. Ne vous êtes-vous jamais demander comment et pourquoi la médiumnité, l’empathie ou encore la clairvoyance se manifestaient à un moment précis et pourquoi ?

Le chercheur d’Ombre prend la forme d’une immense entité humanoïde noire, encore plus sombre que la nuit la plus obscure. Notez toutefois qu’il s’agit là du terme utilisé dans mes croyances, ce n’est peut être pas le véritable nom de l’entité. Tout comme la mara, son action provoque la suffocation, la paralysie totale, la peur et parfois même des hallucinations. Mais cette action est indirecte. En réalité, nous nous infligeons nous même cet état. Si l’esprit humain a tendance à se représenter les entités inconnues, de haute vibration énergétique et effrayante sous une forme noire, ce n’est pas le cas pour le chercheur d’ombre. Il s’agit là de sa véritable forme.
Le chercheur d’ombre a pour mission d’analyser en détail l’âme d’une personne, afin de déterminer si son évolution akashique (l’évolution de l’âme donc) est suffisante pour poursuivre son cheminement. Toutefois, il est incapable de sonder l’âme directement, pour de multiples raisons de survie de son sujet d’étude, notamment. Il va donc éprouver la résistance de l’esprit de sa victime, qui est étroitement lié à l’âme (on en revient encore et toujours à cette trinité corps – âme – esprit, la base de toute pratique occulte avancée). Mais, et je pense que vous le comprendrez aisément, l’esprit va résister face à l’intrusion. Toute l’énergie et la force vont se concentrer dans la volonté de chasser le chercheur d’ombre. Cela implique la mise en veille de toute fonction non-essentielle à la survie : respiration réduite au minimum, paralysie des muscles si le besoin de fuir n’est pas la seule option, mutisme etc… Il est également évident qu’une telle situation de stress va augmenter le rythme cardiaque, ce qui provoque la suffocation : le cœur bat plus vite, donc il est nécessaire de respirer plus rapidement, mais la respiration a été réduite au minimum. Dans tous les cas, c’est bel et bien notre propre esprit qui est responsable de la paralysie du sommeil dans ce cas de figure.

Il y a un détail notable à propos des chercheurs d’ombre qu’il faut mentionner : lorsqu’ils commencent leur travail d’analyse, ils ne peuvent pas s’arrêter. Ils deviennent donc parfaitement visibles à ce moment là. De ce fait, une personne qui passerait par là durant leur travail les verrait distinctement. Il y a d’ailleurs plusieurs témoignages à ce sujet qui sont très intéressants. Encore une fois, je vous invite à visionner la vidéo présente en début d’article.

Article retranscrit depuis ma page Facebook, disponible à cette adresse.

2 réponses pour “La Paralysie du sommeil d’origine surnaturelle”

  • Bonjour,
    Je pense qu’il est intéressant que je t’apporte mon témoignage bien qu’il soit en contradiction avec la théorie occulte.
    Je suis sujette aux paralysies du sommeil trop souvent et depuis de nombreuses années. Au début comme tout le monde j’ai eu ces hallucinations à chaque crise, et pas seulement la nuit, mais également le matin volet ouvert ou en journée lors d’une sieste. De plus depuis que je connais l’origine de la paralysie du sommeil, que je comprends donc le mécanisme, je n’ai plus aucune hallucination, j’ai le pire c’est à dire le reste des symptômes qui restent horrible. A côté les hallucinations c’est le plus soft lors de la crise. De plus avec hallucination ou non, j’ai déjà eu cette crise en présence de proches ou d’amis qui eux étaient réveillés, et ils n’ont rien vu. Les chats eux-mêmes ne bronchent pas. Fait intéressant, avec le temps j’ai appris (bien que ça reste très difficile à faire et demande beaucoup de volonté) à sortir de la crise en utilisant la seule chose que j’arrive encore à maitriser alors que le corps est paralysé : les cordes vocales. J’essais de crier (alors étant paralysé ça donne des bruits bizarre lol) pour que mon corps m’entende et se réveille ou que la personne qui est à côté m’entende et me touche pour me réveiller. C’est des années de pratique, il faut une sacré force de volonté, mais la crise est si horrible que après c’est aussi l’instinct de survie qui parle. J’ai également constaté que ça dépendait de la position de mon corps. Si je suis sur le dos et ou avec la tête trop relevé, j’ai plus de malchance de faire une crise. Et plus je suis fatigué ou stressé plus je fais de crise, jusqu’à 2 fois par jours. J’ai également eu l’opportunité d’en parler avec des personnes lambdas qui ont vécus ça ou des personnes avec une maladie du sommeil qui connaissent trop bien le phénomène, pour aucun d’entre eux c’est un phénomène surnaturelle. Puis en fonction des personnes les hallucinations sont plus visuel ou plus auditive. Il n’y a que sur le net qu’on parle avec sérieux de phénomène surnaturel et ça fait pas très crédible. Pour moi la paralysie du sommeil comme les EMI n’ont rien de paranormal. Je pense que les gens veulent tellement trouver des preuves qu’ils confondent tout. Je crois en d’autre chose mais pas en celle-là. En même temps l’être humaine débite tellement de bêtise que je suis très méfiante et je préfère faire des recherches et me fier à mes expériences. Si c’était une entité qui se manifesté lors des crises je ne pense pas que j’aurais réussi aussi facilement à m’en débarrasser, surtout il y a quelques années ou j’étais faible psychologiquement lol. C’est mon opinion et mon expérience, je ne critique pas la tienne, mais c’est important de réunir un maximum de donné quand un sujet nous passionne et qu’on souhaite l’étudier sérieusement. Bonne continuation et merci pour ton travail.

Laisser un commentaire